Bérénice

 

BÉRÉNICE - la déesse sans âge

Domaine : L’intemporel, la relativité, le détachement.
Surnom : L’indifférente.
Symbole :

Certaines représentations artistiques de l’idée de Bérénice ont donné des résultats intéressants. Selon les goûts on pourra attribuer le rôle de symbole à l’horloge sans aiguille de Mu, ou au tableau de maître de l’artiste d’Atlantis Erb Van Wonk, intitulé « le temps suspendu ».

Culte temporel :

Pas vraiment de culte, mais une forte reconnaissance.

Effigie :

Bérénice est souvent représentée avec des ailes qui symbolisent son élévation et la distance prise par rapport au monde, elle est considérée comme une déesse d’une grande beauté aux traits marmoréens.

Reliques connues :

Pas de manifestation concrète de la déesse sur terre, donc pas de relique.

Prière :

Prière personnelle : donne un bonus de 1 + N/4 en Observation, Vigilance et Scrutation pendant 23 + marge de réussite heures.
Prière sur autrui : donne un bonus de 1 + N/10 en Enseignement, Méditation et Résistance magique au bénéficiare pendant 23 + (marge de réussite/2) heures.

 

Description

 

La déesse sans âge est la plus particulière des divinités et donc la plus difficile à cerner. Ce qui la caractérise le plus, outre sa transcendance, c’est son absence d’influence : Bérénice n’intervient pas, ne communique pas, ne négocie pas, ne juge pas, ne fait pas la guerre mais elle existe en étant extérieure à tout.

Si elle n’a aucune influence temporelle, Bérénice peut selon les points de vue être considérée comme la vraie maîtresse du spirituel et du domaine divin. Car si pas plus qu’avec les créatures inférieures, elle n’interagit avec les dieux, ce sera a elle que sera dévolu le rôle de redistribuer les cartes en cas d’affaissement de l’univers.

Dans le chaos qui resurgira, rien n’aura cessé d’exister, mais le désordre sera tel qu’il sera impossible de rien faire d’autre que d’y surfer, sport ou excellent les Maclord et les Iléon.

Pourtant…, indifférente à la peur du temps et à la frustration qui peut en suinter, Bérénice saura utiliser ses pouvoirs démiurgiques pour patiemment introduire un ordre nouveau où tout sera bouleversé, (même les rôles conférés aux dieux actuels, et jusqu’à leurs noms !) mais de nouveau stable.

N’ayant aucun pouvoir sur le concret, Bérénice est l’objet d’un culte très particulier, ce qui compte c’est de reconnaître son existence et rien d’autre. Ce sont donc ses adeptes qui lui donnent la présence concrète qu’elle ne peut s’offrir : On écrit des poèmes à son nom, on la chante, on la représente sous des formes multiples, l’important c’est qu’elle soit, et ce afin de garantir un univers pérenne même en cas de malheur.

 

Races privilégiées

 

Par nature, les humains se rapprochent plus à l’ontologie de Bérénice que quiconque puisque leurs gènes sont en principe presque stables. Il se peut donc qu’ils se sentent assez proche d’elle, mais dans toutes les civilisations on a saisi l’importance de la déesse sans âge.

 

Classes privilégiées

 

Aucune, sinon que quelque chose de monastique se dégage de l’attitude de Bérénice. Mais les moines sont sur un chemin particulier, ils suivent une évolution, ce qui n’est pas le cas de la déesse.

Les artistes obsédés par la figure de la déesse, ou par ce qu’elle voudrait signifier peuvent y consacrer leur vie et en ressortir quelque chose, mais certains en son mort ou devenu fous.

 

Rapport avec les autres divinités

 

Aucune relation, aucune communication avec quelconque divinité. Aucun dieu ne se souvient l’avoir rencontrée. La naissance de Bérénice est un mystère, même pour eux.