Maclord

 

MACLORD - Seigneur du Chaos

Domaine : Le néant, la confusion, la folie.
Surnom : L’antéseigneur ou l’antévie.
Symbole :

Une spirale aux multiples fissures qui signifie l’impossibilité d’évoluer.

Culte temporel :

Aucun, rallier Maclord se fait individuellement et toute idée de cycle est bannie.

Effigie :

Aucune

Reliques connues :

Il existerait un gant de puissance qu’aurait essayé d’utiliser vainement Maclord pour détruire l’œuf insécable primordial déposé par Lyrielle, et qui contenait les germes qui allaient donner naissances aux dieux de l’actuel Panthéon. Ce gant aurait le pouvoir de détruire n’importe quel objet empoigné. .

Prière :

Prière personnelle : donne 1 + N/4 au hasard parmi vision, DEG ou armure, pendant 23 + marge de réussite Heures.
Prière sur aurtui : donne 1 + N/10 au hasard parmi vision, DEG ou armure, pendant 23 + (marge de réussite)/2 heures.

 

Description

 

Si l’on devait considérer que l’organisation cosmogonique de l’univers se situerait sur un axe, Morgor serait placé à la limite finale de cet axe et Maclord à son origine.

Morgor se trouve au delà du terme de la vie alors que Maclord figure lui, presque en dehors de l’autre extrémité, il préexiste d’ailleurs temporellement à l’univers même.

Maclord représente à la fois le vide et le mouvement stérile, il s’oppose à toute naissance et à toute organisation, il est rétif à toutes les unions. Pour lui, ce qui est ne doit pas être, ou alors doit se voir condamner à errer sans but.

Si la vie est apparue et s’est organisé sous l’impulsion de Lyrielle, Maclord n’a pas renoncé à la vaincre et il se manifeste encore sous bien des formes, comme la folie, la colère et les passions incontrôlées.

Rares sont ceux qui savent puiser à la source chaotique de Maclord, et il n’y parviennent qu’en se servant de ce qui existe, et dans le but d’opérer un renversement qui aboutira normalement au rétablissement d’un ordre nouveau. A moins que la destruction soit définitive et que Maclord ne règne à nouveau seul, et sur la solitude des autres.

Maclord est si fascinant que nombreux sont ceux qui ont songé à se servir de ses pouvoirs, mais le prix à payer est lourd pour l’impétueux qui se croit impunément capable de faire des allers et retours entre la raison et la folie. Car goûter à la folie, c’est goûter à l’isolation. C’est ainsi que fonctionne Maclord en réalité, il asservi peu à peu ses adeptes sans qu’ils ne s’en rendent compte, et il les isoles des autres, essayant ainsi patiemment de pourrir l’ordre établi de l’intérieur.

Maclord représente donc une force surpuissante très difficile à canaliser qui fonctionne comme un appât, en laissant croire à ses disciples qu’il a besoin d’eux pour récréer l’univers, ce qui déjà flatte leur ego, mais en leur promettant de surcroît des pouvoirs exceptionnels issus de sa magie .De cette manière il espère inlassablement fabriquer des êtres perdus qui sèmeront la confusion.

Le pacte avec Maclord signifie donc en résumé la possession d’une puissance considérable mais aux effets aléatoires. Avec un risque assez élevé d’y laisser sa raison.

 

Races et classes privilégiées

 

C’est le degré d’organisation qui défini l’influence de Maclord sur les êtres. Les races très solidaires comme les nains et les elfes n’ont donc que peu de rapports avec l’antéseigneur (mais des exceptions sont toujours possibles) ; les humains pourront s’intéresser à lui, surtout si ils sont désœuvrés et socialement marginalisés. Les géants sont relativement solitaires, mais comme il ne sont pas très philosophes, Maclord n’a pas une influence trop grande sur eux. Les orcs sont un peu plus exposés, les mystics sont peut être plus attiré par Maclord que les autres car leurs facultés intellectuelles peut les rendre assez orgueilleux pour vouloir se frotter au chaos. C’est souvent au niveau culturel que Maclord a posé les hameçons de sa théologie. C’est le plus souvent en étudiant avec acharnement que l’on risque d’être confronté à lui. Même si tous les moyens sont bons pour être sensibilisé par sa puissance.

 

Rapport avec les autres divinités

 

Il est le premier ennemi de Lyrielle dont il a voulu supprimer les enfants. Il reste craint de tous les dieux, car tous ont dans l’idée qu’ils auraient pu y rester. Ce n’est que grâce à une ruse géniale de Lyrielle et à peu de chance que Maclord n’a pas pu se servir de son gant de destruction pour broyer l’œuf primordial. Même les dieux destructeurs comme Zorg, Iléon et HunHau se méfient de lui, car si Maclord a été considérablement affaibli et qu’il est aujourd’hui comme en exil, chacun sent qu’il a toujours l‘espoir de revenir pour régner à nouveau.

Morgor, dieu externe au Panthéon (le seul avec Lyrielle et Maclord à ne pas être sorti de l’œuf) et dont l’origine est incertaine, regarde Maclord comme un possible allié dont il faudra se servir judicieusement pour établir une troisième ère après celle de Maclord et celle de Lyrielle.