Morgor

 

MORGOR - Dieu des morts-vivants, de la puissance

Domaine : Putréfaction, servitude, mélancolie.
Surnom : Le charognard.
Symbole :

L’œuf brisé, ou le papillon.

Culte temporel :

Séance liturgiques dans les cimetières ou l’on essaye symboliquement au moins, d’éveiller les morts. La devise Shakespearienne « to be or not to be » est souvent citée de manière détourné lors de ses manifestations.

Effigie :

Morgor est représenté par un être sombre aux yeux crevés qui symbolisent son inaptitude à discerner la vie.

Reliques connues :

Le caveau vide d’un héros nain mort au combat, qui après s’être réveillé de son sommeil éternel, a fait une hécatombe parmi les habitants d’un village elfe, est conservé en souvenir des victimes.

Prière :

Prière personnelle : donne 1 + N/12 dans les caractéristiques FOR et CON, -2 en DEX pour 23 + marge de réussite Heures.
Prière sur aurtui : donne un bonus de 1 + N/6 en régénération et en Arcanes(Ténèbres) au bénéficiare pendant 23 + (marge de réussite/2) heures.

 

Description

 

Morgor n’appartient pas au Panthéon proprement dit. Il est arrivé dans le but de renverser Lyrielle et de donner le pouvoir aux morts. Faute d’explication, on pense qu’il se serait auto-fécondé a partir de matières inertes, il possède en tous cas le pouvoir de rendre la vie à ce qui a été et ne devrait plus être.

Pour Morgor la vie est aussi mystérieuse que la mort ne l’est pour les vivants. Il reste aussi perplexe devant un être animé que peut l’être un enfant devant le cadavre de sa grand mère décédée et qu’il croit en sommeil, incapable qu’il est d’accepter l’inéluctable. Morgor peut constater l’existence de la vie mais il ne peut pas la comprendre. Aussi il en a très peur et veut la combattre, l’anéantir. Ce que Lyrielle ne peut se résoudre à laisser faire.

Les serviteurs de Morgor morts vivants ne sont jamais doués d’intelligence, ils fonctionnent comme des programmes informatiques perfectionnés, c’est le lot des squelettes, des zombies, des momies et d’un certain type de vampires. Par contre les adeptes de Morgor, c’est à dire les fidèles vivants qui ont constaté sa puissance et ses efforts pour anéantir la vie, ces inconscients qui cherchent à établir un pont entre la vie et le dieu des mort-vivants afin qu’il règne ; ces êtres là qui appartiennent au monde de Lyrielle sont aussi les meilleurs alliés de Morgor et celui ci, ayant senti l’existence d’être croyant en son culte, a trouvé le moyen de les rendre plus puissant et de leur assurer que l’immortalité leur était acquise. La stratégie de Morgor pour prendre le contrôle de l’univers repose beaucoup sur ces êtres. Il compte asservir l’intelligence existante, mais il désir surtout que grâce à la mémoire qu’il impose de lui à ses acolytes, ceux ci puissent conserver une grande dévotion couplée à une certaine forme d’intelligence après la mort, et ainsi l’aider plus efficacement que ses serviteurs habituels.

Morgor est bien un dieu Faustien auquel on vend son âme pour gagner de la puissance et vivre éternellement, mais sous son joug.

 

Races privilégiées

 

Les civilisations qui ont tendance à fabriquer des parias et des marginaux dépressifs qui pourraient avoir le désir de choisir le chemin de la mort fabriquent de bons adeptes de Morgor. Les elfes et les humains par exemple, chez qui pullulent artistes incompris, poète, romantiques et amoureux déchus sont de bons pourvoyeurs pour le maître de la mort.

 

Classes privilégiées

 

Les poètes, les baladins, les âmes en peines ,les aventuriers solitaires…

 

Rapport avec les autres divinités

 

Maclord observe sont évolution avec intérêt, une alliance entre ces deux là pourrait être dévastatrice. Iléon trouve les acolytes de Morgor un peu trop résignés pour vraiment le servir.

Tous les dieux fidèles à Lyrielle surveillent la progression de son culte avec inquiétude.