Thaors

 

THAORS - le Dieu protecteur

Domaines : Protection, prudence, médecine.
Surnom : Le chirurgien
Symbole :

La coquille de noix (fragilité et protection ensemble).

Culte temporel :

La tradition est d’invoquer la protection éternelle de thaors à chaque fois que l’on coupe le cordon d’un nouveau-né.

Effigie :

Le dieu protecteur est le plus souvent représenté comme un éphèbe avec des mains énormes et magnifiques qui mettent en valeur la sûreté de ses gestes et le coté rassurant de sa présence.

Reliques connues :

Les outils chirurgicaux qui ont servi à la séparation des dieux jumeaux sont recherchés avec une grande avidité par les aventuriers. Ils auraient la capacité de réparer tous les organes abîmés pour peu que leur utilisateur ait la dextérité et les connaissances nécessaires.

Prière :

Prière personnelle : donne 1 + N/8 en armure pendant 23 + marge de réussite heures.
Prière sur aurtui : donne un bonus de 1 + N/4 en soins au bénéficiare pendant 23 + (marge de réussite/2) heures.

 

Description

 

Thaors est en quelques sortes le dieu de la fragilité résignée.

Il protège l’intégrité physique de ses fidèles, il est le dieu de la prudence, et de la précaution, et le plus sédentaire des dieux, pour rester sous sa protection il importe de rester au foyer. Les ambitieux ne prient jamais Thaors, ils préfèrent privilégier une aide divine qui les aidera à concrétiser leurs envies.

Thaors n’est pas mésestimé pour autant car la tradition veut que l’on fasse appel à lui pour protéger les nouveau-nés. Même les humains athées tolèrent Thaors dans leur système de pensée.

La première intervention divine de Thaors fut la nécessaire séparation des dieux siamois Vaalaos et Zorg. Il a brillamment accompli son devoir mais Zorg a beaucoup souffert de la séparation. En même temps qu’il réussissait sa première mission, Thaors inventait les douleurs et se rendait indispensable pour toujours.

Si il le faut Thaors peut prendre les armes, et avec une grande efficacité, si il faut tuer pour protéger, il s’y emploiera avec la même grâce que lorsqu’il prodigue des soins.

 

Races privilégiées

 

Les nains, qui voyagent peu, font souvent appel à lui. Les peuplades habituées à vivre à l’extérieur ont d’autres priorités théologiques.

 

Classes privilégiées

 

Aventuriers et baroudeurs lui préfèrent les dieux plus libres, les érudits peuvent apprécier d’étudier ou d’agir sous sa protection. Pour les combattants , il représente un allier très utile surtout en cas de stratégie défensive.

 

Rapport avec les autres divinités

 

Il exècre tous les dieux de la négation, surtout les dieux violents comme HunHau., Zorg lui voue une haine indéfectible.

Il se méfie de Vaalaos même s'il lui accorde son aide, car Thaors est pour lui le responsable principal de la haine que le Basilic porte à son frère. Quelques frictions amicales avec Galladur sont envisageables, la sagesse de Bérénice est appréciée.

Paradoxalement il ne déteste pas Morgor qui ne représente pas un danger matériel selon lui.